vendredi 17 février 2017

CHRONIQUE LITTERAIRE - un éclat de givre

Style : YA Science Fiction
Auteur : Romina Russell
Nombre de pages : 468
Prix : 16,95 €
Date de sortie : Octobre 2015




NOTE : 12/20









En bref:


Une prise de position écologique interessante, un univers très interessent, une jolie écriture subtile tout en étend incisive, mais une morale et un héros qui ne m'ont absoluement pas convaincu, pour ne pas dire choqués.



Resumé:


Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris.
Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles.
Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.

Mon avis:                                            Trop torturé pour me convaincre


Un eclat de givre est une lecture qui n'était pas destinée à finir dans ma PAL. J'était complètement passée à coté de cette sortie littéraire de 2014. Mais mes périgrinations sur la chaine d'Opalyne ainsi que le nom de son auteur, Estelle Faye, plus connue pour sa saga "La voie des oracles", on réussit à me convaincre de plonger dans cet Univers post apocalyptique.
La découverte de se Paris, mangé par la végétation, dont le coeur de Ville plulse à rythme bien différent de notre capitale moderne, à très rapidement su capter mon intéret. Ce décors de fin du monde sur fond de revendication écologiques est très bien construit. A tel point que l'environnement constitue à lui seul, un personnage du récit. J'ai aimé me délécter des petit détails disséminés avec justesse et subtilité par l'auteur et jallonant agréablement le roman et son intrigue principale. Cette aspect est tellement appréciable, que j'aurais aimé en découvrir d'avantage et voir l'auteur exploiter encore d'avantage cet aspect. Reconnaissons toutefois que les 245 pages du roman en font une oeuvre courte et qu'Estelle Faye réussit une très jolie évocation de son univers sur un si petit nombre de pages.
N'ayant pas encore lu les autres romans de l'auteur, j'avoue avoir été séduit par son écriture, à la fois dynamique et rythmé et très précise dans ses déscriptions, e qui rend l'ouvrage vibrant, presque vivant. Les qualificatifs sont choisis avec soin et la plume est très précise, presque aussi tranchante qu'une lame. Estelle Faye arrive donc très efficacement à ses fins et conduit son lectorat précisément là où elle le souhaite.
J'ai donc été particulièrement troublé par la personnalité de son héros et par la conclusion de cette histoire, ainsi que par la morale qu'elle prèche. Chet apparait comme quelqu'un de très instable, aussi bien dans la construction de son quotidien que dans sa vie sentiementale. Alors certes, je concois que l'on puisse percevoir les artistes comme des personnalités auxquelles la vie à accordé une créativité exacerbée au coup d'un certain nombre de fêlures, mais Chet est tellement instable, qu'on en vient à s'interroger sur un aspect potentiellemnt sociopathe inhérent à sa personnalité...De plus Estelle Faye nous livre une vision très torturé, presque malsaine et définitivement dérengente des relations sentiementales. A tel point que son héros finit comme il a commencée, sans réellement avoir évolué sur le plan personnel. Si le côté bisexuel est plutot bien exploité, l'élogue de la solitude qui découle de la morale du roman m'a profondément choqué tant le pessimissme qui en ressort est saisissant.
En conclusion, un roman qui ne resteras pas gravé dans ma mémoire, même si il m'a donné envie d'en découvrir plus sur son auteur.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Rendez-vous sur Hellocoton !